Un nouvel éditeur Bourguignon.

Publié le par Association Le Panier d'Orties

" Le panier d’orties ": un nouvel éditeur bourguignon

Des écrivains régionaux se sont associés pour s’auto-éditer " On en a marre des éditeurs incompétents ", explique Richard Adam, président de la nouvelle association basée à Oisy, " Le panier d’orties ".

Richard Adam, bien connu dans la région de Clamecy car il y a toujours été impliqué dans le monde associatif, précise : " Nous sommes quelques-uns à avoir écrit des livres que les éditeurs institutionnels ne veulent pas publier. Soit ils ne les estiment pas rentables, soit les ouvrages ne rentrent pas dans leur ligne éditoriale. Dans le meilleur des cas, on obtient rapidement une réponse négative. Le plus souvent, ces éditeurs, mêmes régionaux, ne daignent pas répondre ".


Comité de lecture


" Depuis quelques mois, je songeais à auto-éditer quelques polars qui traînent sur mes disques durs. De longues discussions avec Pierre Fromageot, entre autres, ont fait naître une conception plus large, l’auto-édition coopérative. Les démarches administratives sont relativement simples et le dépôt légal ne demande de sacrifier que cinq exemplaires ".

" L’édition à compte d’auteur est, le plus souvent, une pure arnaque. L’éditeur accepte n’importe quel manuscrit, promet par exemple de tirer à 1 000 exemplaires, l’auteur en achetant 500, à charge pour lui de diffuser le stock. L’éditeur n’en imprime que 500, prend son bénéfice sur la fabrication, et l’auteur se retrouve avec la totalité du tirage à donner, à vendre s’il le peut, ou à garder sur une étagère ".

" L’auto-édition repose sur un principe tout différent. L’auteur garde la totalité de ses droits mais règle directement à l’imprimeur la totalité du tirage. Celui-ci est bon marché grâce aux techniques d’impression numérique et permet une grande souplesse ".

Pour juger s’il faut éditer un ouvrage, l’association a créé un comité de lecture, indépendant des éditeurs. L’auteur et l’association se partagent le tirage en vue de sa diffusion. L’auteur récupère sa mise de fonds en vendant la moitié du tirage, les autres membres de l’association s’engagent à placer le reste en librairie ou à le vendre individuellement. Les libraires ont une marge ordinaire de dépôt-vente, de 30 à 35 %.

Richard Adam conclut : " Le panier d’orties se veut généraliste avec une orientation régionale. Il n’y aura pas de série thématique qui risquerait de ne comporter qu’un volume. Nous sommes inscrits à l’ISBN (N.D.L.R. : International Standard Book Number, numéro international normalisé qui permet d’identifier le titre d’un livre) en littérature générale, documents, polars, récits, archives, essais, etc. ".


EN SAVOIR PLUS


• Le panier d’orties, 2, rue de La Forge, 58500 Oisy ; E-mail : r.adam.oisy@wanadoo.fr

                                                                                               Blog: http://lepanierdorties.over-blog.com/


PREMIER LIVRE


Le premier livre édité par l’association est "Les étourneaux du Nivernais", de Pierre Fromageot, professeur émérite, natif de Billy-sur-Oisy en 1929 où il a résidé jusqu’en 1940. Après des études à Nevers, il a été professeur à Reims puis à Clermont-Ferrand avant de se retirer à Bourges. Dans ce livre de 120 pages, il se rappelle les enchantements de sa jeunesse. Chez certains libraires ou auprès de l’association, 10 euros.

 

Source: L'Yonne Républicaine.

Publié dans Revue de presse

Commenter cet article