Petits Bonheurs.

Publié le par Le Panier d'Orties

Pierre FROMAGEOT, Petits bonheurs.

 

 

Cette nouvelle sélection de chroniques (il y en a d’autres en réserve !) est d’une ambiance plus mélancolique que la première et concerne surtout les années de retraite passées à Bourges. Les hortillonnages du lac d’Auron ont recouvré toute leur poésie depuis que César les avait couverts de ses légions, et dans des reflets bizarres on y trouve d’étranges personnages.

124 pages, prix de vente: 10.00 €

Extrait:

 

" Le vent avait chassé vers l’est les sombres nuages d’une averse récente et le soleil démasqué a donné pour un quart d’heure un extraordinaire éclairage à ce monde terraqué. Les branches orangeades saules et leurs feuilles argentées se détachaient avec la simplification d’une estampe japonaise sur le fond plombé du ciel ; quelques tardives roses et frileux chrysanthèmes faisaient chanter les verts encore toniques des choux, des gazons et des thuyas. Le miroir des eaux paisibles, à peine ridé par le sillage d’un canard au ripolin exotique, reflétait des rives nettes un peu grotesquement affublées de ces utiles cabanes de bricoleurs défendues par leurs écriteaux comminatoires : " Terrain piégé. " L’affreuse tôle ondulée nous rappelait à temps toute la misère du monde. Mais au ciel, une trouée d’un azur presque mystique donnait la réplique au vert bouteille d’une eau perfide et transparente, où le maquis plus clair du cresson abritait peut-être un paresseux brochet, dont rien en surface ne trahissait l’affût. "

" Nous en étions aux palabres autour des verres de vin et mon père n’avait pas encore discrètement sorti ses billets. La conversation, pas très originale, prenait sa tournure habituelle et je m’attendais au jugement péremptoire cité plus haut. Je crus très fin de lui couper l’herbe sous le pied et je m’entendis déclarer sans ambages et sans sourire : " On croirait qu’ils le font d’esqueprès. "

L’effet fut immédiat. Mon père, ma mère, mes frères se tordirent soudain comme foudroyés par les coliques du miserere. "

Publié dans Les livres

Commenter cet article