Le coffret d'Essarois

Publié le par Le Panier d'Orties

Jean-Pierre FAVARD, Le Coffret d'Essarois

 

 

 

"La commission des 25", publiée fin 2003 aux éditions Nykta, posait les bases de cette histoire. Un notaire est retrouvé mort, noyé, dans le Beuvron, à Clamecy (58). A sa suite, d'étranges manuscrits refont surface. Le père d'Emilie, à qui le notaire a confié les manuscrits avant de disparaître, est agressé à son tour. Emilie décide alors de mener l'enquête. Une enquête qui va l'amener à plonger au cœur du passé de cette ville où elle est née et qu'elle pensait jusque là bien connaître. Un passé riche et foisonnant où elle croise bientôt les traces d'une étrange société secrète, la commission des 25, ainsi que l'ombre des anciens évêques de Bethléem.

Débutant là où se clôturait le précédent volume, "Le coffret d'Essarois" va encore plus loin. L'histoire contemporaine se trouve mêlée de plus en plus étroitement aux récits anciens. On en apprend notamment plus long sur l'origine et le contenu des mystérieux manuscrits. On voyage en Côte d'Or mais également jusqu'à Saint Jacques de Compostelle. On explore le Paris du XIVéme siècle. Les événements liés à la Révolution Française.

Ce second volume en appellera un troisième et dernier (d'ores et déjà programmé pour le début de l'année 2007). A la manière des feuilletons, suspense compris, ce projet marque l'avènement de la première trilogie Clamecycoise.

 170 pages, prix de vente: 10.00 €


Extrait
:

 

"Ils avaient dû traverser une bonne partie de la ville sans qu’il ne s’en rende compte. De hauts murs l’entouraient à présent, des toits aux tuiles brillantes et multicolores, de lourds pavés, encore luisants des reflets de la dernière pluie et tout autour de lui, l’agitation d’un quartier populaire, les cris des colporteurs, rémouleurs et autres bonimenteurs de même acabit, les odeurs qui sortent des tavernes, les rires des femmes qui cascadent à n’en plus finir, s’insinuent en vous jusqu’à manquer de vous rendre fou et le bruit du marché, tout proche, encore actif malgré l’heure tardive, le son des cloches qui appellent les derniers fidèles à la prière, des fidèles dont le teint couperosé laisse deviner les véritables sources de béatitude, le ventre rebondi des marchands, les mains tendues des mendiants, et la foule, immense, pressante et généreuse, comme sortie de nulle part et pourtant déjà là, tout autour de vous, une foule qui vous avale, vous digère et vous recrache quelques centaines de mètres plus loin, devant l’échoppe d’un barbier, l’étale d’un marchand des quatre saisons ou la porte d’une boutique de curiosités. Le Magasin Pittoresque."

 

"Jean-Pierre Favard est un homme de passion. C'est au moins ce qui transparaît à la lecture des deux premiers volets de sa trilogie ésotérico-historique, La Commission des 25, et plus encore Le Coffret d'Essarois. Passion pour l'Histoire, celle qu'on écrit avec un grand H, ses petits et ses grands secrets qui permettent aux imaginations fertiles des envols vertigineux. Il sait aussi asseoir son intrigue sur une redoutable érudition servie par une documentation rigoureuse et sans faille. mais là où on pourrait redouter une avalanche de dates, de citations, la relation monotone d'épisodes historiques, lui, sa passion en bandoulière – qu'il sait rendre communicative – nous entraîne sur les chemins d'une mise en scène vivante, fluide, et bigrement attirante. Pour un peu, on se sentirait plus intelligent en refermant ses livres..."

Chronique publiée par "Pol'Art Noir".

 

Le fameux coffret d'Essarois (crédit photographique: M. Jenry CAMUS, membre de l'association des Amis du Châtillonnais).

Publié dans Les livres

Commenter cet article