Porcine, de Pierre-Eric DROIN.

Publié le par Le Panier d'Orties

 Procine

Porcine, c'est Auxerre, un quartier d'Auxerre indéterminable, mais plein de Tatie(s) Danielle(s) et d'autres personnages d'antan que P.-É. trucule d'une plume incendiaire, désespérée, cruelle et tendre.
Y passent, comme fantômes, tel entrepreneur de spectacles forcément homosexuel, tel faiseur de télévision avec son melon, sans doute un ancien maire et un sculpteur au goût douteux, mais envahissant. Mais grimés, l'on ne peut pas vraiment parler de roman à clés, mais les clés sont quelque part, mais pas où on les cherche, mais la vérité porte le nom d'amour, mais Amour s'incarne au féminin, mais ce féminin s'estompe à l'adolescence et l'adolescence disparaît…
Si l'on ne m'avait pas dit un jour que je ne m'agenouillerais plus jamais, j'aurais forcé l'arthrose pour saluer le style de P.-É. Droin : on pense à Queneau, à Céline, à Prévert, à Vian, et parfois à Brel… et à Boby Lapointe, vous allez voir pourquoi.
Ce type a fait chanteur de bal, accordéoniste, danseur, architecte, de la radio, de la télé, il a été publié bien des fois, mais pas de bol, il est trop bon, ou trop provincial, ou simplement trop génial, pour la NRF ! La preuve, il a déjà publié six ou sept bouquins (excellents), chez divers de ces éditeurs qu'on nomme petits.

Un grand moment de rigolade, puis on relit…

Publié dans Les livres

Commenter cet article

latelier2nat 13/06/2011 08:20



J'aime bcp votre blog, j'ai la chance d'être "tombée" dessus avant les vacances, de bonnes infos pour m'évader en lecture... Bonne continuation